MOOC Explorer

Une expérience française des MOOC

0 notes

Interview avec Rémi Bachelet, créateur du premier MOOC certifiant français

Le MOOC “Gestion de projet” qui démarrera le 18 mars prochain et compte déjà plus de 2000 pré-inscrits, est le premier xMOOC français à proposer un certificat à la clé.

Après ITyPA, le tout premier MOOC français, que peut-on attendre de ce nouveau projet ?

image

Interview avec Rémi Bachelet, initiateur de ce projet et enseignant-chercheur à l’Ecole Centrale de Lille.

A quel(s) MOOC(s) avez-vous déjà participé, quelles sont vos références ?

ITyPA, organisational analysis (Coursera/Standford), MOOCMOOC (Canvas), CFHE12, et aussi le tristement célèbre Fundamentals of Online Education Planning and Application [Pour cause de suspension du cours au bout d’une semaine - NDA]. Lire mon avis à ce sujet.

Pour nos références, il faudrait également poser la question à l’équipe : Matthieu Cisel et Yannick Petit ont également de très belles expériences de MOOCs de tous types.

Comment a été accueillie votre décision de proposer une formation certifiante et gratuite par l’administration de votre école ?

Cette proposition a été très bien accueillie, avec l’appui de la Direction de Centrale Lille pour qui  la volonté d’ouverture de cette forme d’enseignement entre dans le cadre de sa mission de service public. Etienne Craye, notre Directeur, a bien compris qu’une telle offre est une vitrine internationale valorisant notre positionnement.

Il y a également une forte volonté du Groupe Centrale à mettre en place des MOOCs, avec notamment Morgan et Anne-Céline de Centrale Nantes qui ont tenu un rôle important dans ITyPA.

Vous proposez une version basique et une version approfondie du certificat : pourquoi et quelles sont les différences ?

Nous voulons nous adresser à un public large et donc potentiellement hétérogène : nous proposons donc un premier niveau de certificat ne nécessitant que deux heures de travail hebdomadaire et un score de 70% de réussite aux QCM suivant les cours. 

Les utilisateurs plus impliqués qui peuvent consacrer 4 heures de travail supplémentaire par semaine à ce cours, rendront en plus des devoirs écrits et devront évaluer quelques travaux rendus par les autres participants (peer assessment).

Enfin, nous proposons un troisième certificat par équipe-projet qui ressemble plus à un cMOOC : des équipes-projet se constituent et s’organisent de manière autonome. On met l’accent sur la mise en pratique des connaissances acquises, mais on travaille également de manière ouverte : tous les participants au MOOC peuvent lire les dossiers en cours d’élaboration et poser des questions. Au final, si le montage proposé est satisfaisant, un certificat de réussite est également délivré par l’Ecole Centrale de Lille.

Comment en êtes-vous venu à choisir la plateforme Canvas ?

J’ai le sentiment que Coursera favorise “la marque” en sélectionnant uniquement des institutions riches et connues. C’est dommage parce que ce choix se fait au détriment des “bons” cours, c’est la raison pour laquelle nous nous sommes orientés vers Canvas.

En plus d’être aujourd’hui entièrement gratuit, Canvas a été très réactif. Côté administratif, c’est assez simple, il suffit de signer un Memorandum of Understanding.

Quelle organisation a été mise en place pour ce cours ?

Nous avons pris la décision de lancer le projet à Noël et nous nous sommes donnés un peu plus de deux mois pour le réaliser. Ces délais impliquent de disposer d’une équipe qualifiée et disponible, c’est pourquoi ce premier MOOC certifiant est animé par une équipe de 7 personnes :

Coordination générale & enseignementRémi Bachelet

Maître de conférences à l’Ecole Centrale de Lille, spécialiste du management de projet, en charge de ce MOOC.

VidéoMatthieu Cisel

Après des études de biologie et d’écologie à l’ENS Cachan, prépare actuellement un doctorat sur les MOOCs au laboratoire STEF.

Intégration CANVASYannick Petit

Etudiant en dernière année à l’EM Lyon.

Certificat avancé -Dominique Breton

Ingénieur ISAB, directeur dans le secteur agricole et agroalimentaire.

Certificat basique, quizBruno Warin

Maître de conférences en informatique à l’Université du Littoral.

Appui exercices du certificat avancéAina Ny Avana et Mégane Cristaldi

Etudiantes en deuxième année de Centrale Lille qui participent à l’animation du MOOC dans le cadre de leur “projet recherche”.

Il ne suffit pas de créer un MOOC, il faut aussi le remplir : s’il n’y a pas le M de “massivement”, ce n’est pas un MOOC. La phase de promotion est donc primordiale, j’estime que la nôtre est en passe de réussir : nous sommes passés de 20 inscrits / jour à 80-100 aujourd’hui.

Un dernier mot ?

Oui, il faut que les enseignants comprennent qu’ils ne s’adressent plus uniquement aux étudiants qui sont présents dans leur salle de classe, mais à une audience plus large et surtout distante.


On le constate en France mais aussi à l’étranger, ce sont très souvent les initiatives individuelles des enseignants qui prennent de vitesse la volonté des établissements d’enseignement supérieur de proposer des ressources éducatives ouvertes.

Plus agiles, plus souples, ils souhaitent expérimenter et se lancer au plus vite, là où les écoles et universités doivent avant tout se structurer et réfléchir à la façon dont ces cours peuvent s’inscrire dans leur offre globale de formation.

Parmi les enseignants, ceux qui ont pris tôt l’habitude de partager leurs cours en ligne (comme c’est le cas de M. Bachelet) sont bien évidemment  mieux préparés que les autres : ils ont compris l’importance de la culture du partage, et acquis les réflexes “techniques” nécessaires à la mise en ligne de ces ressources.

Les MOOCs sont la suite logique de leur approche, structurant un contenu pédagogique, ou tout du moins une démarche, qui préexistait.

Informations et inscription au MOOC Gestion de Projets

Présentation du projet

Suivre sur Twitter : #MOOCGdP

Classé dans xMOOC France certificat